dali1Composée au printemps 1930, cette toile développe pour la première fois le processus d'apparition des images doubles, triples, et même multiples, qui relèvent de l'activité paranoïaque critique tout juste instituée par Dali: "récemment, au travers d'un processus nettement paranoïaque, j'ai obtenu l'image d'une femme dont la position, les ombres et la morphologie, sans altérer ni déformer en rien son aspect réel, sont en même temps un cheval". Par cette multiplication des images possibles, Dali entend instaurer un doute sur ce que représente l'image, pour étendre ensuite cette attitude critique à toute la réalité: "on pose le doute mental de savoir si les images mêmes de la réalité sont uniquement un produit de notre faculté paranoïaque".

Dans cette toile, la remise en cause de l'univocité de la perception est provoquée par la métamorphose d'une barque en un corps de femme, puis de cheval, d'une chevelure qui devient une crinière, dans un décor de plage qui, peuplé de motifs architecturaux, évoque le Modern tant admiré par Dali.

Exposée au cinéma d'art et d'essai de Montmartre, le Studio 28, à l'occasion de la première projection de l'Âge d'or co-réalisé par Dali et Buñuel, l'œuvre a été lacérée par un public hostile, ce qui témoigne du scandale suscité par l'artiste au début des années 30.